Newsletter – Hackons le système

Hackons ensemble le système.

==> Pour les pressés, rdv tout en bas pour participer à une expérience de hacking en politique

Quel début de mois de décembre ! 

#COP21
Que dire qui n’a pas été dit : un super accord évidemment insuffisant ? Premier accord universel, qui envisage enfin de contenir la hausse de la température moyenne à 1,5°, qui considère aussi les 100 milliards d’euros de financement du fonds vert comme un plancher et non plus comme un plafond..

Ou comme le résume Michèle Rivasi, « comparé à ce que nous aurions pu obtenir c’est un miracle. Comparé à ce que nous aurions du obtenir c’est désastreux »

Nous avons aussi profité de la COP pour lancer l’association « Notre affaire à tous« . Son but ? Attaquer l’Etat pour carence fautive dans la lutte contre le dérèglement climatique et la protection des générations présentes et à venir… Plus d’infos sur la démarche dans cet article du Monde. Une démarche qualifiée très officiellement de « pas si farfelue que ça« .

Il faudra bien compter sur l’innovation individuelle et collective, tant il s’agit d’un accord sans moyens, et tant les politiques publiques sont à l’arrêt.

Le tremblement de terre politique s’est fait sentir et les répliques pourraient être fatales. Pourtant c’est le contraire d’un sursaut que l’on entrevoit.

Péril FN:  on continue droit dans le mur.

François Hollande et Manuel Valls ont déjà balayé  toute inflexion. Ni accélération écologique (nouvelle baisse du budget du ministère de l’écologie), ni politique sociale, les dernières preuves en date étant le refus de donner un coup de pouce au SMIC ou la baisse des aides au logement pour les jeunes actifs en insertion.  Le gouvernement continue d’étouffer l »espoir de mai 2012. Le gouvernement s’enferme toujours plus dans le culte de la croissance et l’idée de plaire aux marchés. Dernier épisode en date, ses manœuvre pour contrer la mise en place d’un indispensable reporting financier public pour les multinationales.

En n’ouvrant pas de perspective d’émancipation individuelle ou collective, en n’endiguant pas la montée du chômage, en refusant d’engager la transition vers un autre modèle de développement, la politique menée conduit le pays à la catastrophe bleue marine.

En face, s’adressant aux millions de personnes qui se sentent dépossédées de leurs vies, le FN a réussi à faire coïncider dénonciation de la corruption des élites, populisme islamophobe et sentiment anti-européen en une seule et même plateforme explosive.

Alors on fait quoi ?

On ne peut attendre passivement. Cette tribune « le renouvellement c’est maintenant » pose correctement les choses, à une nuance près, la conclusion :ces messieurs ne céderont pas leur place, il faudra la leur prendre et s’organiser pour le faire.

En vrai c’est bien « à de nouvelles classes d’âge d’inventer une politique qui fasse croire en l’avenir« . Pas de jeunisme dans mon  propos, car de Badinter à Hulot, de Piolle à Joly, nous avons de beaux exemples de « nouveaux-arrivants-pas-forcément-jeunes » qui font honneur à la politique, quand tant de jeunes loups offrent de trop nombreux contre exemples.

Mais l’auteur de cette tribune a raison : le FN se nourrit de l’impuissance de nos politiques, de l’anémie d’idées, de la connivence avec des acteurs économique au modèle dépassé et il ne faudra pas compter sur ceux du sérail qui ont été jusqu’ici incapables de se remettre en cause pour le faire et nous offrir la solution.

L’urgence est là

L’urgence est là quand l’essentiel de la jeunesse ne vote pas ou pas par adhésion si ce n’est au FN… et que hormis les discours classiques du type « on a entendu », rien ne change dans la pratique.
Et si les résultats aux élections régionales n’ont pas été bons pour ceux qui prétendent porter une alternative écologique ou de gauche, c’est aussi parce que nationalement des verrous politiques ont empêché certaines dynamiques locales de prendre de l’ampleur. Les appareils politiques fatigués, désertés, ont préféré ne pas choisir pour ne pas risque de mourir.

J’espère depuis longtemps que les forces se rassemblent et donne aux aspirations nouvelles un débouché politique capable de renverser les pronostics politiques. C’était l’objectif de ma proposition de primaires de l’espoir. Force est de constater à un an et demi de la prochaine élection présidentielle que faute d’envie, l’hypothèse devient de plus en plus improbable. Je n’en reste pas moins convaincu que de ceux qu’on appelle « Frondeurs » au parti de gauche, nous partageons beaucoup en commun, notamment dans notre volonté d’offrir aux citoyens une perspective de vie meilleure réelle et crédible parce que en phase avec la nécessaire préservation de notre planète.

Europe Ecologie, terrain d’expérimentation pour hacker la politique?

En Espagne, où j’étais vendredi en soutien à la liste Podemos qui pourrait  dimanche faire entrer des écologistes à l’Assemblée,  et perturber le jeu espagnol (plus d’infos sur Podemos avec le débat organisé par Mediapart auquel je participais), le slogan est « depuis quand n’avez vous pas voté avec le sourire? ».

Et les occurrences de ce renouveau sont multiples. Syriza bien sur. Mais c’est aussi le phénomène Trudeau au Canada, à la fois héritier mais novice. A la question « pourquoi avez vous constitué un gouvernement divers et paritaire ? », sa réponse tient en 4 mots. C’est aussi Corbyn, nouveau chef du Labour au Royaume-Uni, capable d’inspirer confiance et modernité parce qu’il… n’a pas dévié dans son discours depuis 20 ans. Son récit anti-austérité rencontre (enfin) un public, trop vaste pour les réunions classiques, à tel point qu’à Manchester, c’est dans la cathédrale qu’il a du finir son discours.

Et si on s’y mettait en France ? 

Se remettre en cause c’est bien. Phosphorer sur différentes initiatives (lagueuledebois.fr en est une utile, d’autres comme #Mavoix laprimaire.org ou Positiva sont en préparation) c’est mieux.
Mais cela ne suffira pas, ou plutôt aucune ne sera suffisante en soi, il faut faire mouvement pour accompagner cette (r)évolution.

Ce que je vous propose c’est d’y travailler ensemble !

La rénovation du parti écolo peut être la première étape d’un hack général de la vie politique. Comme les écolos ont été les premiers à s’imposer le non-cumul des mandat pour mieux l’imposer aux autres, il est possible de reprendre un temps d’avance et de faire date ensemble. Pour que le système politique ne soit plus un frein à la société écologique et sociale qui est déjà en train de naître.

Pour cela, on a besoin de vous, de votre énergie et intelligence, pour réinventer l’écologie et la politique.

Concrètement, cela vous en coûtera 5 euros (avant le 31 décembre) pour avoir votre mot à dire et pour participer à la refondation en 2016. 

Ensemble, nous devons trouver la réponse à la question « pourquoi je ne me sens pas représenté-e » et y remédier !
Faisons de cette expérience la première étape d’une reprise en main générale par les citoyens de la politique. 

Des initiatives s’organisent pour la rentrée, les outils sont en préparation pour janvier mais je vous invite d’ores et déjà à sauter le pas et à rejoindre le mouvement en adhérant avant le 31 décembre pour pouvoir participer.

http://soutenir.eelv.fr/

Nous sommes des millions à rêver d’autre chose. Nous pouvons construire une alternative dès maintenant, ensemble, en réunissant les citoyens anonymes, les entrepreneurs engagés, les ONG, les associations, les instituts, les laboratoires et les collectifs qui construisent chaque jour le monde de demain, ceux qui sont trop seuls depuis trop longtemps.
Disruptons la politique.  Organisons-nous pour construire le mouvement qui nous redonnera le sourire. 

Au pire ça marche.

Bonne fin d’année.
Julien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *