Bastamag/ Laisser 50 000 familles à la rue ou réquisitionner les logements vides?

L’excellent Bastamag fait un retour sur l’opération menée par le DAL et Jeudi-Noir de présentation des bâtiments vides à Paris, pour mieux présenter les termes du débat..;

 

Laisser 50 000 familles à la rue ou réquisitionner les logements vides : que décidera le gouvernement ?

L’équation est pourtant simple : d’un côté plus de 2 millions de logements vacants, de l’autre 50 000 familles en attente d’un relogement prioritaire, souvent expulsées de chez elles juste avant la trêve hivernale. Les associations de soutien aux mal-logés demandent au gouvernement de réquisitionner les immeubles et appartements inoccupés depuis 6 mois, dont elles commencent à dresser l’inventaire. Obliger un propriétaire à percevoir un loyer en lui imposant des locataires ou contraindre les gens à rester à la rue alors que de nombreux bâtiments sont vides : telles sont les deux logiques qui s’affrontent.

 

« C’est un magnifique immeuble particulier, de 1500 m2, avec de très belles prestations. Quatre ailes, une quinzaine de logements parfaitement adaptés, avec cuisines et douches, une très belle cour intérieure de 300m2, ainsi qu’une somptueuse terrasse », détaille Christophe Driesbach, membre du collectif Jeudi Noir, qui s’improvise agent immobilier. Le bâtiment, qui a vu naître la Marquise de Sévigné, est abandonné. Vide.

Nous sommes place des Vosges, dans les beaux quartiers du 4ème arrondissement de Paris, devant « le squat de la Marquise », rendu célèbre par son occupation pendant près d’un an par des militants de ce collectif. Expulsés en octobre 2010 sur décision de justice, les occupants avaient été condamnés à verser plus de 70 000 euros d’indemnités. « Les pouvoirs publics s’étaient engagés à ce que le bâtiment ne reste pas vide, remarque Christophe Driesbach. Mais rien n’a changé. »

« A réquisitionner » : visite guidée

Ce lieu symbole de la lutte pour le droit au logement sert de point de départ à la visite guidée que Jeudi Noir et l’association Droit au Logement (DAL) ont concocté pour la presse. Une visite des bâtiments parisiens à réquisitionner. La tournée devait se dérouler en bus, sur le modèle des excursions touristiques des tours opérateurs, mais la balade s’effectuera finalement à pied.

Impossible dès lors de faire le tour de la vingtaine d’établissements recensés dans le dossier presse, à la manière d’une brochure de petites annonces immobilières. Elle propose un éventail d’immeubles emblématiques tant par leurs surfaces (allant de quelques centaines à plusieurs milliers voire dizaines de milliers de m2), que par leurs temps de vacances. Appartenant à des compagnies d’assurance, des sociétés foncières, des banques, ou même à l’Etat, tous ont la particularité d’être inoccupés depuis au moins six mois, le délai minimum pour une réquisition. La plupart sont désertés depuis plus de 5 ans…

 

lire la suite sur Bastamag

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *