NouvelObs – "Qu'attendons nous pour sanctionner les agences immobilières ?"

Article tonique dans le Nouvelobs pour faire suite à l’action de rentrée de Jeudi-Noir en agence immobilière..

Voir les photos ici par Cyril Cavalie

Cette action faisait suite à l’étude de l’UFC Que choisir qui montrait que 65% des agences immobilières étaient hors la loi vis à vis des garanties qu’elles sont en droit de demander (étude à lire ici).

Cette étude faisait elle même suite à une enquête de la DGCCRF (à vos souhaits) de 2007 qui pointait déjà ces fraudes, et appelait à une vigilance des pouvoirs publics.

Depuis ? Rien. Ou plutôt si, c’est pire.


Immobilier : « Qu’attendons-nous pour sanctionner les agences ?

Julien Bayou, fondateur du collectif Jeudi Noir, revient sur la crise du logement en France. Interview par Clara Bamberger.

Une trentaine de militants de votre association ont occupé mercredi 31 août une agence immobilière parisienne. Quelles sont vos revendications ?

– Elles sont nombreuses ! Mais notre idée-force, c’est de réclamer une régulation du marché immobilier pour faire face à la flambée des prix. Notre occupation était symbolique : nous imaginons bien que les agences immobilières ne vont pas s’auto-réguler entre elles. Nos véritables interlocuteurs, ce sont d’abord les pouvoirs publics. Mais force est de constater qu’ils sont totalement aux abonnés absents face aux pratiques scandaleuses des agences immobilières…

En quoi peut-on parler de scandale ?

– Lorsque, comme le montre l’enquête UFC, près de deux tiers des agences (62% exactement) n’hésitent pas à demander aux gens des documents prohibés, qu’il s’agisse de l’attestation de l’employeur, de l’attestation du précédent bailleur ou d’une photo d’identité, nous sommes face à un scandale. Un scandale d’autant plus grave qu’il pénalise les « insiders » du marché du logement : les jeunes et les précaires. Par ailleurs, 21% des agences n’affichent pas en vitrine leurs honoraires, alors que cette obligation est vieille de 20 ans…

Des honoraires dont vous discutez également le montant…

– Parfaitement ! Au moment de rechercher une chambre ou une studette, nous subissons un double racket : d’abord, de la part des propriétaires qui s’imaginent que leur 10 m² est en or massif. Puis des agences immobilières qui font grassement leur beurre sur ce juteux business.

Il faut savoir qu’en moyenne, les honoraires représentent 93% du montant mensuel, ce qui enclenche un véritable cercle vicieux, puisque plus les prix grimpent, plus les honoraires s’accroissent ! Il faut que cesse cette indexation des honoraires sur le montant des loyers. Or, aujourd’hui, seules 6% des agences pratiquent une rémunération fixe, à la prestation…

Que faire pour sanctionner les abus ?

– Dans l’urgence, l’Etat doit absolument plafonner le pourcentage que les intermédiaires s’octroient sur le prix des loyers. Il faut aussi qu’au niveau des garanties, le prix du loyer soit encadré entre deux locataires. Au Québec, le bailleur doit présenter la valeur du loyer précédent. Ce qu’il faut, en somme, c’est inverser le rapport de force entre propriétaires et locataires.

La suite en ligne !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *