Fête des précaires et du pissenlit – Samedi 30 avril 2011, 15h

Hello

fête des précaires et du pissenlit, c’est demain ! Si vous n’avez pas suivi, une vidéo pour tout comprendre. Et toutes les infos ci-après !

Samedi 30 avril 2011, 15h, Paris : Fête des Précaires et du Pissenlit A Paris, du 35 rue de Lisbonne jusqu’à la Place de l’Europe.


A l’appel de 6 jeunes précaires parisiens, 17 villes se mobilisent partout en France pour lancer la « Fête des Précaires et du Pissenlit »  la veille du 1er Mai, Fête du Travail et du Muguet :

« A défaut de se payer notre brin de muguet du 1er mai, célébrons le pissenlit pour ne pas le manger par la racine. Avant la fête des travailleurs, retrouvons-nous pour la journée du Pissenlit, fête des précaires. Ce jour là, rendons nos galères visibles. » (appel complet ci-dessous)


En écho aux mobilisations portugaises, espagnoles, italiennes et européennes de ces dernières semaines contre la précarité, à Paris aura lieu ce samedi 30 avril une marche festive, entre la rue de Lisbonne et la place de l’Europe.

Mouvement intergénérationnel, multiculturel, la Fête des précaires et du pissenlit résulte des injustices et inégalités grandissantes de notre pays. Elle fait émerger une nouvelle force collective citoyenne combative qui se rassemble non seulement pour protester mais aussi pour partager ses convictions et sa volonté de combattre le système et la politique qui créént la précarité !

Suite à la diffusion de l’appel des précaires sur internet, des sollicitations sont venues des quatre coins de l’hexagone pour organiser des rendez-vous décentralisés. Des Fêtes des Précaires et du Pissenlit sont aujourd’hui prévues à Bayonne, Bordeaux, Chateaubriand, Clermont-Ferrand, Lyon, Libourne, Marseille, Montpellier, Nancy, Nantes, Nîmes, Toulon, Toulouse, Saint-Aman,d Montrond, et Paris.

RDV le Samedi 30 avril 2011 à 15h, à Paris du 35 rue de Lisbonne à la Place de l’Europe, pour la

Fête des Précaires et du Pissenlit

(pour ne pas le manger par la racine)

www.fetedesprecaires.org

http://www.facebook.com/event.php?eid=109438902475514

————————————————————————————————————–

Le samedi 30 avril 2011, comme chaque fin de mois, ça fera déjà dix jours que nous serons à découvert.

Nous sommes salarié-e-s au SMIC, en CDD, en Interim, à temps partiel, en Contrat Unique d’Insertion, stagiaires de longue durée à 30% du SMIC, bac + 5 en Service Civique à 540€ par mois, auto-entrepreneurs, pigistes, intermittents, chômeurs en interim, travailleuses au black au RSA, travailleurs au black, jeunes n’ayant pas droit au RSA, saisonniers, étudiants-salariés…

Nous galérons pour trouver un emploi et un logement, pour payer le loyer. Nous galérons pour remplir le caddie chez ED.

Nous voulons vivre, pas survivre. Nous voulons payer des impôts. Nous voulons payer nos restos, aller au ciné, partir en vacances, arrêter de taxer nos parents, avoir le temps et la place pour élever des enfants, nous doucher avec du gel douche bio, manger du filet de bœuf plutôt que des surgelés, aller chez le dentiste pour retrouver le sourire.

Notre précarité est une insulte au passé, alors que nos parents et nos grands-parents ont travaillé pour notre accès à l’éducation, à la sécurité sociale, pour le droit du travail, et pour notre liberté. Privés de stabilité et soumis à la flexibilité, notre avenir est hypothéqué. “C’était mieux Avant”, on finit par le croire.

Parce que nous refusons cette fatalité, nous ne nous laissons pas abattre par ce manque de perspective. Nous sommes des millions ! On se croise tous les jours dans la rue, dans le métro, au boulot, dans les facs, à Pôle Emploi ou à la CAF, ou à l’heure de l’apéro.

Nous sommes éparpillé-e-s et isolé-e-s.

Le samedi 30 avril, rassemblons-nous. A défaut de se payer notre brin de muguet du 1er mai, célébrons le pissenlit pour ne pas le manger par la racine. Avant la fête des travailleurs, retrouvons-nous pour la journée du Pissenlit, fête des précaires. Ce jour là, rendons nos galères visibles.

Quelles que soient vos convictions, vos revendications, votre situation, rejoignez nous. En écho à l’énorme mobilisation des précaires portugais le 12 mars, nous vous donnons rendez-vous à Paris tout au long de la rue de Lisbonne, pour un défilé festif, pacifique et non-partidaire contre la précarité. Fabriquez pour l’occasion vos propres panneaux, pancartes, banderoles, et inscrivez-y vos coups de gueules et vos messages.

Rendez-vous le samedi 30 avril pour un défilé festif, pacifique et non-partidaire!

Carole, 28 ans, salariée depuis 10 ans, au SMIC, encore dépendante de ses parents.
Xavier, 36 ans, chômeur, auto-entrepreneur.
Lily, 25 ans, bac+5, en Service Civique prolongé à 540 euros par mois.
Dimitri, 24 ans, serveur, travaille 50 heures par semaine dont 30 heures non déclarées.
David, 26 ans, chômeur en reconversion professionnelle dans le secteur social.
Nikos, 27 ans, vacataire dans la fonction publique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *