Discours de Philippe Meirieu au conseil fédéral d'Europe Ecologie

Partagez autour de vous
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone

Un discours qui vaut le coup d’être lu et surtout vu… Le PDF est ici Discours Philippe Meirieu 11 decembre 2010 mais le discours oral est beaucoup plus riche.

En gros Philippe Meirieu accepte de présider le Conseil Fédéral. Ca veut pas dire qu’il préside le parti, mais le parlement du Parti. Le nouveau en politique, élu pour la première fois cette année, accepte la charge et en profite pour apporter quelques éclaircissements : sur les écolos et leur aspect toujours ferrailleurs ou modestes, sur l’erreur de croire tirer des droits de la disposition sacrificielle (elle ne confère aucun droit) à ne pas confondre avec la générosité militante et enfin sur la démocratie dans un parti : ne pas confondre démocratie d’élaboration et démocratie de décision. »

L’exemple de l’élaboration non démocratique de la Pieta par Michel-Ange est particulièrement bien choisi ! (voir à la minute 9)

A noter qqs très bons passages !

Dont :
– Ceux qui, aujourd’hui, se gaussent de nos soubresauts, savent-ils ce qu’il faut payer pour faire bonne figure dans le champ du politiquement correct médiatique ?  Ce qu’il faut payer en hypocrisies. Ce qu’il faut payer en verrouillage par un polit bureau ? Ce qu’il faut payer en autoritarisme présidentiel ou en soumission dévote à  une figure tutélaire ? Nous n’avons pas honte de nos tâtonnements.

– il ne faut pas confondre la « démocratie d’élaboration » et la « démocratie de décision ». Il est  normal, dans toute institution humaine, que les choses ne soient pas systématiquement construites de manière « démocratique » : il y a des compétences et des expertises qu’il faut valoriser et qu’il serait suicidaire de ne pas prendre en compte au nom du fait que cela ne serait pas « démocratique » ! Et cela, aussi bien dans les commissions thématiques que dans les commissions électorales ! Il n’y a rien de scandaleux à cela. C’est même un respect des militants. Une condition de

réussite de la cause que l’on sert. En revanche, il est essentiel que les « experts » s’engagent à expliquer clairement leurs propositions à tous et que ce soit les assemblées de militants ou d’élus qui décident en dernier ressort.

-il ne faut pas confondre la « démocratie d’élaboration » et la « démocratie de décision ». Il est normal, dans toute institution humaine, que les choses ne soient pas systématiquement construites de manière « démocratique » : il y a des compétences et des expertises qu’il faut valoriser et qu’il serait suicidaire de ne pas prendre en compte au nom du fait que cela ne serait pas « démocratique » ! Et cela, aussi bien dans les commissions thématiques que dans les commissions électorales ! Il n’y a rien de scandaleux à cela. C’est même un respect des militants. Une condition de  réussite de la cause que l’on sert. En revanche, il est essentiel que les « experts » s’engagent à expliquer clairement leurs propositions à tous et que ce soit les assemblées de militants ou d’élus qui décident en dernier ressort.

Partagez autour de vous
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *